Questo sito utilizza cookie per implementare la tua navigazione e inviarti pubblicità e servizi in linea con le tue preferenze. Chiudendo questo banner, scorrendo questa pagina o cliccando qualunque suo elemento acconsenti all'uso dei cookie. Per saperne di più clicca leggi

Sei qui: HomeAutori Scienzeonline.comScienza e SocietàPèlerinage, santé et mondialisation des infections tropicales

Pèlerinage, santé et mondialisation des infections tropicales

Valutazione attuale:  / 0
ScarsoOttimo 

 Des recherches épidémiologiques, menées au Sénégal sur l’un des plus importants pèlerinages religieux d'Afrique, confirment l’enjeu sanitaire de ce type de rassemblement. Elles visent à améliorer l’offre de santé et, à terme, à prévenir l’éventuelle mondialisation d’infections locales. Promiscuité favorable à la transmission d’infections, aléas du voyage, mouvements de foule, les grandes manifestations publiques ont un impact certain sur la santé de leurs participants. Le Grand Magal de Touba au Sénégal, l’un des plus importants rassemblements religieux d’Afrique, n’échappe pas à la règle. "Mais jusqu’à présent, les données sanitaires sur cette formidable manifestation restaient méconnues", explique l’épidémiologiste et spécialiste des maladies infectieuses Cheikh Sokhna de l’IRD, co-auteur d’une récente publication sur le sujet (1). Son unité de recherche (2), a déjà mené des travaux autour du pèlerinage à la Mecque. Leurs résultats ont permis aux autorités saoudiennes d’optimiser l’offre de santé pour les 2 millions de croyants venant chaque année faire le hajj . L’événement sénégalais est d’une toute autre ampleur, puisqu’il voit converger 4 à 5 millions de fidèles vers ce lieu saint situé à 180 km au nord-est de Dakar (3). Ces adeptes du Cheikh Amadou Bamba, fondateur de la confrérie musulmane des Mourides au début du XXe siècle, viennent avec leur famille (4), de toutes les régions du Sénégal, des pays limitrophes mais aussi d’Europe et d’Amérique pour la diaspora.

"Grâce au registre des consultations et des actes de soins effectués dans les structures de santé de la région, nous avons pu évaluer le nombre et l’importance relative des pathologies rencontrées durant le pèlerinage de 2015", indique le scientifique. Ainsi, 32 229 contacts médicaux ont été enregistrés pendant les 5 jours du Grand Magal, un chiffre important au regard du nombre de pèlerins. 12 % de ces recours aux services de santé sont motivés par des coups de fatigue, 11 % par des traumatismes – accidents de la route notamment - 10,5 % par des maux de tête, 10 % par des causes gynéco-obstétricales et 6,5 % par des problèmes cardiovasculaires. Représentant près de 40 % des motifs de consultation, les maladies infectieuses sont également répandues, avec un taux élevé de fièvres, de paludisme avéré, d’affections diarrhéiques et d’infections respiratoires. "Cette importante morbidité pourrait être liée à la forte densité humaine, au déficit en installations sanitaires, au climat brulant de cette région et aux ressources médicales assez limitées sur place", estime le spécialiste.

Ce premier état des lieux préfigure la collecte et l’analyse systématiques des données sanitaires, mises en place pour les années suivantes. En plus, les scientifiques vont mener l’étude d’une cohorte de pèlerins, avant, pendant et après le Grand Magal. Cette approche longitudinale vise à explorer les processus de transmission des maladies durant le pèlerinage. L’enjeu est de taille, car ce rassemblement massif en zone tropicale pourrait contribuer à la mondialisation des endémies locales. L’édition de 2004 avait ainsi concouru à la diffusion d’une épidémie de choléra dans tout le Sénégal.

Les autorités régionales de santé, qui collaborent à ces recherches, entendent bien en tirer parti pour améliorer le contexte sanitaire et médical de l’événement. "Nous attirons d’ores et déjà l’attention sur le danger des maladies zoonotiques, car une grande quantité de bétail est abattue de façon artisanale à cette occasion pour nourrir les pèlerins", conclut Cheikn Sokhna.

http://www.ird.fr/toute-l-actualite/actualites/actualites-generales/pelerinage-sante-et-mondialisation-des-infections-tropicales

Aggiungi commento

Codice di sicurezza
Aggiorna

Flash News


L’essere esclusi dagli altri o addirittura emarginati dalla società può essere un fattore di rischio per lo sviluppo del gioco d’azzardo patologico. Fra le categorie più a rischio anziani, disoccupati e stranieri. Secondo la tesi dei ricercatori dell’Università di Milano-Bicocca, questo avviene perché l’isolamento porta a creare delle relazioni parasociali, cioè che simulano le relazioni fra esseri umani per compensare la mancanza di interazioni con le persone: queste relazioni parasociali possono svilupparsi anche con con oggetti inanimati quali le slot machine, cosa che diventa ancor più probabile nel caso vi si attribuiscano qualità umane, come la volontà di decidere gli esiti di gioco.

È su questi aspetti che si concentra la ricerca sperimentale condotta dal gruppo di ricerca dell’Università di Milano-Bicocca composto da Luca Pancani, Paolo Riva e Simona Sacchi, docenti presso il Dipartimento di Psicologia. L’articolo è stato pubblicato sulla rivista Journal of Gambling Studies con il titolo “Connecting with a Slot Machine: Social Exclusion and Anthropomorphization Increase Gambling” (DOI: 10.1007/s10899-018-9784-9).

Attraverso due studi sperimentali in laboratorio, i ricercatori hanno chiesto ad alcuni partecipanti di giocare con una slot machine on-line, indagando se l’esclusione sociale e l’antropomorfizzazione della slot machine potessero influenzare il numero di giocate in due campioni formati da persone che abitualmente non giocano. In breve è stato mostrato – per la prima volta tramite un’approccio sperimentale – come l’esclusione sociale possa essere considerata un fattore di rischio per lo sviluppo del gioco d’azzardo patologico.

Leggi tutto...

Cerca nel Sito

Archivio Agenziadistampa 2001-2012

Per Visitare il vecchio archivio Articoli di Agenziadistampa.eu andate alla pagina www.agenziadistampa.eu/index-archivio.html

Scienzeonline.com
Autorizzazione del Tribunale di Roma n 227/2006 del 29/05/2006 Agenzia di Stampa a periodicità quotidiana - Pubblicato a Roma - V. A. De Viti de Marco, 50 - Direttore Responsabile: Guido Donati.

Agenziadistampa.eu - tvnew.eu
Direttore Responsabile Guido Donati
Autorizzazione del Tribunale di Roma n 524/2001 del 4/12/2001 Agenzia di Stampa quotidiana - Pubblicata a Roma - V. A. De Viti de Marco, 50

Free business joomla templates