Questo sito utilizza cookie per implementare la tua navigazione e inviarti pubblicità e servizi in linea con le tue preferenze. Chiudendo questo banner, scorrendo questa pagina o cliccando qualunque suo elemento acconsenti all'uso dei cookie. Per saperne di più clicca leggi

Sei qui: HomeAutori Scienzeonline.comAlimentazioneLe défi de l’eau des villes africaines

Le défi de l’eau des villes africaines

Valutazione attuale:  / 0
ScarsoOttimo 

 L’accès à l’eau reste problématique pour les citadins d’Afrique subsaharienne. La mise en place conjointe de politiques publiques contextualisées et d'une gestion participative constitue un axe d’amélioration.   Le déficit d’accès à l’eau potable est l’un des risques majeurs de la prochaine décennie. Aujourd’hui, une personne sur dix dans le monde ne peut se procurer de l’or bleu 1. Les villes africaines sont d’autant plus concernées que le nombre de citadins en Afrique triplera d’ici 2050, passant de 346 millions à 1,1 milliard d’individus. Si les tendances se poursuivent, ces nouveaux arrivants s’installeront majoritairement dans les périphéries informelles, généralement dépourvues de services urbains de base, tel que l'accès à l'eau : à Nairobi par exemple, 75 % de la croissance urbaine actuelle se fait dans ces zones.

« Malgré cette perspective questionnant  la durabilité, des progrès ont été enregistrés ces dernières années en termes d’accès à l’eau, souligne la socio-démographe Stéphanie Dos Santos. Dans le monde, 91 % des individus ont aujourd’hui accès à une source d’eau dite améliorée 2, contre 76 % en 1990. En milieu urbain, les progrès ont toutefois été très modestes, passant de 95 à 96 % de la population ayant accès à l'eau sur la même période. Ces résultats cachent en outre des disparités régionales importantes, les recherches sur le milieu urbain étant encore peu nombreuses. Ainsi, selon les statistiques internationales 3, 99 % des habitants de Ouagadougou auraient accès à l’eau potable. Or, en intégrant deux variables supplémentaires dans cette  mesure, soit la quantité d’eau disponible par personne et par jour et la distance au point d’eau, ce pourcentage est réduit de moitié. »  

Comment, dans cette situation, améliorer l’accès à l’eau ? D'abord, en le mesurant de manière plus fine. Des modes de gestion plus participatifs, incluant l'ensemble des parties-prenantes, pourraient ensuite permettre de mieux prendre en compte les spécificités locales. Par exemple, une approche « pro-poor » de tarification sociale de la consommation domestique d'eau a été promue il y a quelques années. L’eau devait coûter moins cher aux foyers qui consomment peu. « Cette vision, qui se voulait équitable, n’a notamment pas pris en compte la sociologie de la famille en Afrique, remarque la chercheuse. Le tarif social est en effet calculé en fonction de la consommation des ménages de petites tailles. Or, dans les villes africaines, la source d’eau est souvent installée dans une cour collective autour de laquelle vit une famille élargie, voire plusieurs familles. Ces personnes peuvent alors payer le mètre cube d'eau plus cher qu'une famille de type nucléaire disposant d'un certain niveau de vie et bénéficiant de plusieurs robinets à l'intérieur de son habitation. Cet exemple est illustratif de modèles pensés ailleurs que dans les contextes où ils sont implémentés. »

Autre exemple de gouvernance expérimenté : au Malawi, l’Etat intègre depuis 2006 l'ensemble des parties prenantes, telles que les associations de consommateurs et les communautés, au processus de gouvernance. Ce dispositif permet d’impliquer les populations, de prendre en compte leurs particularités et de trouver un compromis dans la gestion de l’eau, entre  marchandisation et bien commun. « Lagos, Ouagadougou ou Nairobi sont des villes très différentes en termes de ressources en eau, de gestion urbaine ou de croissance démographique, poursuit Stéphanie Dos Santos. Les variabilités sont trop nombreuses pour penser qu’un modèle unique puisse être adapté partout. »

Mieux connaître les ressources en eau et ses usages dans ces villes et améliorer les données existantes sont ainsi des impératifs. A l’heure du changement climatique et de l’urbanisation croissante, une approche interdisciplinaire est incontournable.

http://www.ird.fr/toute-l-actualite/actualites/actualites-generales/le-defi-de-l-eau-des-villes-africaines

Aggiungi commento

Codice di sicurezza
Aggiorna

Flash News

Danesi piu' felici del mondo. Grazie ad alcol, dolci e stato che funziona

Sette gradi a gennaio, venti d'agosto. Pioggia o neve un giorno su due. Aspettativa di vita tra le piu' brevi tra i vecchi Paesi europei, e la pressione fiscale piu' alta d'Europa. I danesi avrebbero motivo di lamentarsi. Invece sono contenti. I piu' contenti del mondo, addirittura.

Leggi tutto...

Cerca nel Sito

Archivio Agenziadistampa 2001-2012

Per Visitare il vecchio archivio Articoli di Agenziadistampa.eu andate alla pagina www.agenziadistampa.eu/index-archivio.html

Scienzeonline.com
Autorizzazione del Tribunale di Roma n 227/2006 del 29/05/2006 Agenzia di Stampa a periodicità quotidiana - Pubblicato a Roma - V. A. De Viti de Marco, 50 - Direttore Responsabile: Guido Donati.

Agenziadistampa.eu - tvnew.eu
Direttore Responsabile Guido Donati
Autorizzazione del Tribunale di Roma n 524/2001 del 4/12/2001 Agenzia di Stampa quotidiana - Pubblicata a Roma - V. A. De Viti de Marco, 50

Free business joomla templates